Kew_Gardens

( Kew Gardens Londres )

Broussonnet_Pierre__Auguste_Marie

 Pierre Auguste Marie Broussonnet

Ce botaniste français, faisant partie de la Société Royale d'Angleterre, né le 28 février 1761 et décédé en 1807 à Montpellier, a un point commun avec ma "vedette du jour".

Certains vous diront qu'on ne peut lui attribuer ce point commun, lui préférant Louis Jean Marie Daubenton, d'autres le baron de la Tour-d'Aigues ou bien encore l'abbé Henri-Alexandre Tissier et le comte d'Angivilliers.

Peu importe je peux trouver d'autres points communs : Linné, la botanique, la zoologie.

Laissons donc le mouton Mérinos ! L'un et l'autre participèrent à l'introduction de cette race, le premier en France, l'autre en Angleterre et Australie.

4_Moutons_M_rinos_import_s_d_Espagne_par_Louis_XVI_afin_d_am_liorer_les_cheptels_fran_ais

Pierre Marie Broussonnet fut son élève pendant une année à Londres. Ils devinrent amis au point que "mon homme du jour" utilisa sa fortune pour subvenir aux besoins de Pierre Marie Broussonnet lorsqu'au moment de la Terreur il dut fuir la France pour l'Espagne par la brèche de Roland au cirque de Gavarny.

 

C'était à une époque où tout était permis....

On pouvait à 18 ans devenir professeur de l'Université de Montpellier, à 24 ans faire partie de l'Académie des sciences, être membre de l'Institut, membre de la Société d'Agriculture, être admis à la Royal Society, être membre de l'Assemblée législative en 1789, recevoir en présent de "mon homme du jour" un plant de Ginkgo Biloba qui sera planté dans le jardin botanique de Montpellier, laisser son nom à une plante (la Broussonetia Papyrifera) pour l'un.

On pouvait être botaniste, géographe, ethnologue, linguiste, directeur des jardins de Kew, conseiller scientifique du roi George III, intéressé par les réformes sur la monnaie, baronnet, laisser son nom à des îles pour l'autre.

Banks_1

Le second étant très célèbre aura la chance d'être peint par des grands comme Joshua Reynolds ou  Benjamin West.

Joseph_Banks_1773_Reynolds

Joseph_Banks_West

"mon homme du jour"

Sir Joseph BANKS

Pourquoi vous parler de lui. Parce qu'après la première expédition de James Cook, il fut le premier en 1773 à planter en Angleterre dans le plus célèbre jardin botanique du monde le Kew Garden :

L'oiseau de Paradis ou Strelitzia.

En bon courtisan il dédia cette plante à Charlotte Sophie de Mecklembourg-Strelitz princesse allemande devenue en 1763 l'épouse du roi George d'Angleterre.

Charlotte_Sophia_of_Mecklenburg_Strelitz

Tableau d'Allan Ramsay

Charlotte_2

Le Strelitzia Reginae, strelitzia de la reine, est une plante dépourvue de tige mais dont les grandes feuilles coriaces portées par des pétioles atteignant 1 m de long forment de grosses touffes. Au milieu d'elles surgissent des hampes florales terminées par une grande spathe d'ou se dégagent de huit à dix fleurs aux sépales orangés dont la teinte est avivée par le bleu outre-mer des pétales en forme de flèches.

Banks_2

Bouquet de Printemps : les strelitzias.

Cette plante originaire du Cap en Afrique australe est fécondée par les oiseaux mouches, les souï-mangas gracieux buveurs de nectar dont les plumages aux couleurs métalliques s'ajoutent à la splendeur de la floraison des strelitzias.

Banks_3

 

Ces bouquets ont accompagnés ma vie.

 

Sir Joseph BANKS est né le 2 février 1742 et décédé le 19 juin 1820 à Londres. Cet homme issu d'une riche famille eut sa vie influencée par les magnifiques jardins à Burghley House de William Cecil ou encore les jardins de Stowe de Lord Temple. A 18 ans il perd son père et consacre une partie de sa fortune à la constitution d'une bibliothèque qui allait devenir l'une des plus riches du royaume. Après avoir herborisé dans la campagne anglaise il embarqua à 20 ans pour le Labrador et Terre-Neuve dont la flore était inconnue.

En 1768 La Société Royale de Londres décida d'envoyer une équipe d'astronomes dans les mers du Sud pour observer le passage de Vénus sur le disque solaire. Ce passage prévu pour 1769 ne pouvait être visible que dans cette partie du globe. Ce voyage de circum-navigation autour du monde fut le premier et le plus célèbre de James Cook.

Sir Joseph banks demanda à faire partie de l'expédition à bord de l'Endeavour (1768-1771) et consacra une partie de sa fortune soit 10 000 livres à l'achat du matériel nécessaire.

James_Cook_1_voyage

(cliquez dessus pour agrandir)

Le 26 août 1768 l'Endeavour quittait le port de Plymouth avec à son bord Joseph Banks ainsi que l'équipe qu'il avait rassemblée comprenant un médecin-botaniste suédois le docteur Daniel Solander élève de l'illustre Linné, le peintre paysagiste Buchan qui devait mourir en cours de route à Tahiti, un autre dessinateur, un secrétaire et 4 domestiques.

banks_8

Le capitaine James Cook, Sir Joseph Banks, Lord Sandwich, le docteur Daniel Solander et le docteur John Hawkesworth peints par John Hamilton Mortimer

Trois ans plus tard l'Endeavour entrait dans le port de Douvres. Ce fut la gloire pour James Cook mais aussi pour Joseph Banks. Les énormes collections de graines, de plantes séchées, les magnifiques planches de couleurs peintes sur le vif que Banks rapportait de la Terre de Feu, des îles de la Société, l'Australie et de Nouvelle-Zélande ouvraient un nouvel horizon aux sciences naturelles.

N'ayant pas été retenu pour la deuxième expédition de James Cook le naturaliste Joseph Banks monta à ses frais une autre expédition aux îles Hébrides et en Islande. Au retour à 35 ans, président de la Société Royale et conseiller pour les Kew Gardens, il organisation la collecte systématique de plantes nouvelles à travers le monde. Sur place Sir Joseph Banks accueillait toutes ces nouvelles plantes et veillait à ce qu'elles soient cultivées avec les plus grands soins dans les Kew Gardens ainsi que dans son propre parc de Spring Grove.

Sir Joseph Banks fournissait des plantes à tous ses confrères qui en demandaient. Il protégeait les naturalistes de tous les pays et ce fut particulièrement vrai pendant la Révolution et l'Empire lorsque la France et l'Angleterre étaient en guerre. Durant ces périodes difficiles Sir Joseph Banks accueillit à Londres les naturalistes français et obtint que les collections qui leur avaient été confisquées par la marine anglaise leur soient rendues.

strelitzia_2