Nantes_camellia
Cliquez dessus pour agrandir

Laissons les Camélias de Nantes, et
à nouveau embarquons nous vers un pays lointain aux fleurs merveilleuses.

En attendant le plaisir de profiter de leur floraison dès les premiers jours de mai jusqu'à fin juin
autant connaître l'histoire d'un missionnaire botaniste
attaché à leur nom.

Les Pivoines et l'abbé Delavay

Bien sûr, dans leur pays d'origine, la Chine, les pivoines étaient cultivées, sélectionnées depuis presque la nuit des temps. Elles faisaient même l'objet d'un véritable culte.

pivoine_1
La pivoine ou SHO-YO ou la belle
symbolisait la féminité épanouie.
Pour profiter au maximum de l'épanouissement de la fleur on allait jusqu'à la protéger des ardeurs du soleil sous de petits dais de bambous, usage sûrement encore en cours au Japon.
( Jean Claude du blog Un Français à Tokyo (gaijindetokyo) LA pourrait peut-être nous le confirmer)

En fait, dès le VIII ème siècle, durant la dynastie des Tang (618-907), la collection impériale de pivoines faisaient l'objet d'une telle vénération que l'empereur Hiuan Tsong (713-756) avait fait construire tout un pavillon de bois odorant uniquement pour pouvoir les contempler à son aise.
Comme pour la Tulipe sous Soliman le Magnifique, pour la Pivoine en Chine des régions entières étaient consacrées à sa culture.
La Tulipe était l'emblème de l'empire Ottoman, en Chine, la Pivoine ne pouvait être l'objet que d'une passion d'origine divine.

En 1797, notre français André Thouin, jardinier en chef du Jardin des Plantes de Paris plantait les premières graines de pivoines de Chine. Graines envoyées par Sir Joseph Banks qui, souvenez vous, acclimatait toutes les plantes ou graines en provenance du monde entier dans ses jardins de Kew.
Les jardins anglais de Kew, dès 1789, avaient eu la chance de recevoir de Canton (Chine) la première pivoine,
à fleur double, à coeur pourpre mais rose pâle en périphérie. Elle avait été baptisée pivoine Moutan d'après le nom chinois (Muh-Tang) des collines de la province Ho-nan (Henan) de Chine centrale d'où elle était originaire.
province_de_Ho_Nan_ou_Henan_en_Chine

Les premières pivoines introduites en Europe étant très éloignées des pivoines sauvages,... et, c'est ce type que les premiers botanistes qui parcoururent la Chine au XIX ème s'attachèrent à découvrir.
Parmi les plus actifs de ces chercheurs nous eûmes le privilège d'avoir
un Français
un Père des Missions Etrangères,
Jean Marie Delavay
né aux Gets en Haute Savoie en 1834.
coq_2

Donc, dès son arrivée sur le lieu de sa mission dans Kouang-tong au sud de la Chine, il s'employa à récolter toutes les plantes nouvelles qu'il découvrait. Ce missionnaire depuis toujours avait eu une véritable vocation de naturaliste mais sa modestie faisait qu'il les remettait au botaniste voyageur anglais HF Hance.
Voyant que toutes ces découvertes qui auraient dû revenir à la France partaient vers l'Angleterre, un autre missionnaire botaniste chargé de mission en Chine par le gouvernement français s'en émut. Le Père Armand David fit en sorte que désormais le Père Jean Marie Delavay expédierait directement toutes ses découvertes au Muséum de Paris.
En 1881 notre brave missionnaire fut alors affecté dans une nouvelle région le Yun-nan occidental (Yunnan) avec de hautes montagnes prolongeant à l'est l'Himalaya.
Yunnan_Chine
Dans des vallées existait une végétation tropicale tandis que sur les sommets se trouvait une flore qui ressemblait à celle de la Haute Savoie, terre d'enfance de Jean Marie. Les mêmes genres y étaient représentés avec des quantités d'espèces jusqu'à 20 fois plus considérables. Chez nous, deux espèces de rhododendrons, là bas plus de 100 !
Notre missionnaire multiplia les expéditions et gravit plus de 60 fois l'équivalent du mont Blanc du Yunnan càd le Heechanmen (3000m d'altitude).
Les collections qui parvinrent au Muséum firent l'admiration car sur 200.000 espèces plus de 3.000 étaient totalement inconnues avec parmi elles:
des rhododendrons, des clématites, des gentianes, des primevères, un sapin et un magnolia.
En 1884,
Jean Marie Delavay découvrit à 3500 mètres d'altitude, près du glacier de Likiang,
abritée des vents derrière un rocher,
une pivoine .
Ses fleurs aux larges pétales d'un rouge cramoisi s'ouvraient sur un coeur formé d'innombrables étamines couleur or.

La première pivoine sauvage venait d'être trouvée en Chine par un Français, cent ans après l'introduction de la pivoine Moutan.
On ne pouvait faire autrement que de la baptiser Paeonia Delavayi !
coq_1

Je sais, j'ai tendance à faire Cocoricooooo avec les botanistes français.

Voir Là (Mes arbustes du Pays du Soleil Levant)

En quelque sorte une médaille bien avant les Jeux Olympiques à Pékin 

Jean Marie Delavay en 1892 devait découvrir encore une autre pivoine sauvage. Celle-ci avec des fleurs jaune d'or et un feuillage sombre fut la Paeonia Lutea.

C'est à partir de cette espèce que notre célèbre horticulteur de Nancy, Victor Lemoine, créa des hybrides les Paeonia Lemoinei qui dès 1909 commencèrent à embellir nos jardins.

Pivoines

Si vous désirez en savoir plus sur le Père Jean Marie Delavay

cliquez sur ce lien

http://www.rhododendron.fr/articles/article18a.pdf